Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Coordination FCPE de Sarcelles

Les nouveautés sont signalées par ce crayon. Baladez-vous !

Coordonnées des Conseils FCPE

Groupe scolaire P. M. Curie

Mme BAKRI Sonia

Mail : sonia.92600@hotmail.fr

Groupe scolaire Saint-Exupéry

Mme VEGA Sonia

Mail : sonia.vega@laposte.net

Groupe scolaire Anatole-France

M. TONYE BISSAY Patrice

Mail : dbissay@yahoo.fr

Groupe scolaire Louis-Pasteur

Mme BELHADJ Leïla 

Mail : belhmou@yahoo.fr

Groupe scolaire Pauline-Kergomard

Mme ADIB Zineb

Mail : tasnim.sirine@gmail.com

Groupe scolaire Marcel-Lelong

M. AMBROISINE Eric

Mail : ericambroisine@yahoo.fr

Collège Chanteraine

Mme BOURSIER Isabelle

Mail : boursier.pascal@neuf.fr

Collège Anatole-France

Mme VEGA Sonia

Mail :  sonia.vega@laposte.net

Collège Victor-Hugo

M. LANGLET Olivier

Mail : o.langlet@wanadoo.fr

Collège Evariste-Gallois

M. MERCIER Olivier

Mail : olivier.mercier63@sfr.fr

Collège Voltaire

Mme TRECUL Marie-Claude

Mail : marie-claude.trecul@orange.fr

Lycée J.J.-Rousseau

Mme FOULLOY Sandrine

Mail : foulloy.sandrine@hotmail.fr

Lycée La Tourelle

Mme BOURSIER Isabelle

Mail : boursier.pascal@neuf.fr

Un Conseil Local FCPE ?

 

Un conseil local FCPE regroupe les adhérents FCPE d’un ou de plusieurs établissements scolaires.

C’est une association qui a des règles de vie permettant de respecter chaque adhérent :

- respect des décisions prises au sein du conseil local

- respect des orientations des congrès national et départemental

C’est un groupe de réflexion, d’information, d’échanges, de propositions et d’actions sur la vie de l’établissement et sur l’éducation.

C’est un lieu de rencontres et de dialogues ouvert à tous les parents, où les décisions sont prises après que le point de vue de chacun a été écouté, et après discussion.

  

Relations avec l’établissement

Le conseil local privilégie toujours le dialogue et rappelle les valeurs de la FCPE.

Il doit pouvoir disposer d’une boite aux lettres et d’un tableau d’affichage.

Il peut organiser des réunions de travail ou d’information dans l’établissement.

Il peut prendre connaissance de la liste des noms et adresses des parents ayant donné leur accord à cette communication.

Il peut distribuer tout document relatif à l’activité de l’association, sans que le contenu de ceux-ci fasse l’objet d’un contrôle à priori. Mais il faut pour cela que le document soit identifiable (nom de la FCPE), qu’il n’y ait pas de propos concernant personnellement un membre de la communauté éducative.

En donner un exemplaire au chef d’établissement.

Il n’est plus nécessaire que ces documents soient agrafés ou mis sous enveloppes.

Il présente une liste de parents aux élections pour le conseil d’école dans le 1er degré, le conseil d’administration, le conseil de discipline…dans le second degré.

Il propose au chef d’établissement (qui répartit les sièges au prorata des suffrages recueillis) des noms de parents pour les conseils de classe.

 

Le président

Il représente le conseil local auprès de l’établissement et des différents partenaires. Il privilégie toujours le dialogue.

Il est garant du respect des valeurs de la FCPE.

Il s’assure que le conseil local se réunit régulièrement. Il fait en sorte que chacun puisse s’exprimer et travailler au sein du conseil local.

Il communique aux adhérents les informations qu’il obtient.

Avec les autres membres du conseil local, il prépare les élections. En juin, avec eux, il prépare la rentrée scolaire suivante (bulletins, documents, Assemblée Générale…).

Il fait parvenir au CDPE la composition du bureau.

Il prépare le rapport moral pour l’Assemblée Générale.

 

Le secrétaire

Il aide à la préparation de l’Assemblée Générale, des élections…

Il établit un compte rendu de l’Assemblée Générale.

Il prévient et invite les adhérents aux réunions du conseil local.

Il peut faire des compte rendus ou relevés de décisions de ces réunions (décision à prendre en conseil local).

 

Le trésorier

 Il prépare le rapport financier pour l’Assemblée Générale et rend compte aux adhérents de la gestion des finances du conseil local.

 

Avec les membres du conseil local, il détermine la part locale qui sera portée sur les bulletins d’adhésion.

Il gère le compte du conseil local et vérifie que les signatures sont à jour.

Il enregistre les dépenses et les recettes et est responsable de la comptabilité du conseil local.

Il établit la(les) demande(s) de subvention.

Il envoie au CDPE les bulletins d’adhésion accompagnés d’un chèque représentant la part nationale + la part départementale.

Il s’occupe du suivi des adhésions.

Il fait parvenir aux adhérents les cartes d’adhésion et reçus fiscaux qu’il reçoit du CDPE.

 

Le parent délégué FCPE

Il est élu sur une liste FCPE ou désigné par les instances de la FCPE.

Il s’exprime au nom de la FCPE.

C’est le conseil local seul qui est habilité à déposer les candidatures au conseil d’école, conseil d’administration…

Il participe à la vie du conseil local.

Il rend compte de son mandat au conseil local qui prend les décisions pour poursuivre l’action de la FCPE.

Il peut bénéficier de formations.

Il est soutenu par son conseil local  et les structures de la FCPE.

Dans ses déplacements et activités pour la FCPE, il est assuré (par la FCPE nationale). 

Comme le rappelle le décret du 28/07/2006, "En toute circonstance, les représentants sont tenus à une obligation de confidentialité à l'égard des informations à caractère personnel dont ils peuvent avoir connaissance". 

 

Comment créer un conseil local ?

C'est simple. 

Dans le Val d'oise: si vous êtes trois adhérents, de trois familles différentes, vous pouvez constituer un bureau comportant au minimum un(e) président(e), un(e) secrétaire, un(e) trésorier(ère).

Contactez le CDPE. Vous remplirez une déclaration de bureau avec les coordonnées de ces trois personnes. Le CDPE ouvrira pour vous un compte à la Bred et vous aidera (conseils - documents - formations) dans votre communication avec les parents et avec l'école ou l'établissement.

AGENDA

LE 24 MAI 2014

CONGRES DÉPARTEMENTAL DE LA FCPE95  A SANNOIS

La FCPE 95  et les Conseils locaux FCPE de Sannois, vous invitent le samedi 24 mai au Collège Jean Moulin (84 Rue du Poirier Baron). 

Pour plus d'information, vous pouvez aller sur le site de la FCPE 95 : www.fcpe.com 

--------------------------------------------------------------------

Tous les mercredis matin, jusqu'au 18 juin inclus,  de 8h30 à 9h30, il y a une permanence FCPE à la maison de quartier des vignes blanches à Sarcelles.

Bureau FCPE de Sarcelles

Présidente                Mme Sonia VEGA                   sonia.vega@laposte.net           Tel 0625056576

Vice Président          M. Olivier MERCIER                olivier.mercier63@sfr.fr             Tél 0614050518

Secrétaire                 Mme Maryline LOKPO                                            

Secrétaire adjoint      Mme Fatima ZERAOUI                                             

Trésorier                   M. Laurent KALLYTH               kallyth@yahoo.fr                     Tél 0778144826

Trèsorière adjointe     Mme NDona SAMBA               ndona.samba@sfr.fr

Pour nous contacter

        fcpe-coordination.sarcelles@laposte.net         06 25 05 65 76

Présentation

La nouvelle année scolaire est maintenant bien  engagée. Certes des professeurs manquent encore à l'appel ce qui est malheureusement habituel en début d'année et il faut espérer que tout rentre dans l'ordre très rapidement pour ne pas pénaliser les élèves.

A chacun également de se renseigner sur l'ensemble des moyens humain  d'encadrement dont bénéficie l'établissement et de  vérifier avec le Chef d'établissement les raisons d'un manque éventuel.

Bientôt les élections des parents d'élèves vont avoir lieu. Il faut alors expliquer a tous les parents quel est notre rôle. Oui, qui sommes nous :

Des parents élus aux conseils des écoles publiques et des conseils d'administration des collèges et lycées.

• Des parents qui défendent un enseignement de qualité accessible à tous, laïque et gratuit, permettant l'épanouissement de chaque enfant, refusant les classes surchargées, et la sélection des classes de niveau, défendant le maintien du RASED (réseau d'aide spécialisée aux enfants en difficultés), dotée d'un dispositif efficace de remplacement des enseignants, assurant une aide personnalisée de qualité et respectant les rythmes de l'enfant et pas seulement les rythmes scolaires.

• Des parents à l'écoute de tous les parents pour la défense du droit à l'information des parents, la remontée de l'ensemble des remarques des parents dans un dialogue constructif et l'intégration des parents aux projets.

 

EDITO

Qu'en est-il vraiment de l'Education à l'égalité filles-garçons ?

Informez vous en direct.

Nous assistons actuellement à une campagne incroyable, colportant mensonges, rumeurs et désinformation sur l'éducation à l'égalité filles-garçons à l'école. Les milieux les plus rétrogrades, les plus conservateurs dans la mouvance de l'extrême droite et ses orgas satellites font feu de tout bois sur une soi-disante mise en oeuvre de la Théorie du Genre à l'école. Leurs objectifs : empêcher l'éducation des enfants contre toutes les discriminations et stéréotypes dont les filles en particulier mais pas seulement sont victimes.

Au passage certains en profitent pour faire peur aux parents et qu'ils sortent leurs enfants des écoles publiques et aillent grossir les rangs des écoles confessionnelles.  Pour ce qui nous concerne nous respectons toutes les croyances mais nous alertons sur les intentions véritables qui se cachent derrière cette campagne. Pour savoir vraiment ce qu'il en est fabriquez votre propre analyse, usez de votre esprit critique, allez voir par vous mêmes ce que disent les textes et qui est derrière tout cela.

Tout d'abord voici le texte du rapport contre les stéréotypes filles-garçons : 

http://www.strategie.gouv.fr/blog/wp-content/uploads/2014/01/CGSP_Stereotypes_filles_garcons_web.pdf

Voici également ce que dit le Bulletin Officiel : http://www.education.gouv.fr/botexte/bo030227/MENE0300322C.htm

Et puis ce qu'en dit le Ministre, vous n'êtes pas obligés de le croire mais informez vous quand même :
Prise de position du Ministre de l'Education sur la Théorie du Genre.
http://www.vousnousils.fr/2014/01/20/vincent-peillon-ne-veut-pas-de-la-theorie-du-genre-a-lecole-551990?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=vincent-peillon-ne-veut-pas-de-la-theorie-du-genre-a-lecole

Mais il vous faut aussi savoir qui sont ces individus et organisations qui attaquent ainsi l'école publique. Tout d'abord "Egalité et Reconciliation" dont les dirigeants sont Farida Belghoul et Alain Soral:
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89galit%C3%A9_et_R%C3%A9conciliation

Vous pouvez aussi lire des articles du Monde et de Médiapart et enfin si vous le voulez les communiqués du SNUipp-FSU, de l'UNSA-Education

Et enfin les communiqués de la FCPE95 sur ce site et de la FCPE Nationale.

Manuel Alvarez

Administrateur départemental  FCPE

Communiqué de la FCPE95

                                  

La FCPE a été alertée par de nombreux parents qui ont reçu, par mails, sms,

ou via les réseaux sociaux, des appels à un mouvement de retrait des élèves des écoles par leurs parents, les                24 et 27 janvier, afin de protester contre l’enseignement de la théorie des genres à l’école.

Si cette théorie pourrait être abordée, dans le cadre de l’éducation sexuelle aux Collèges et Lycées, elle ne                        sera pas abordée en primaire où sont uniquement prévues des informations sur l’égalité des sexes.


La lutte contre l’homophobie et pour l’égalité fille/garçon a toujours été une priorité de notre Fédération.


Ce mouvement a été lancé par une association politique « trans courant » : Egalité et Réconciliation, fondée                     par Alain Soral (ex Front National et proche de Dieudonné, Zemmour et Faurisson).

Cette association est d’inspiration pétainiste et réactionnaire.

Ce mot d’ordre pour une journée de protestation par mois est relayé par de nombreuses associations                                d’obédience religieuse de tout bord.


L’égalité, et notamment l’égalité homme/femme a toujours été a l’encontre de leur credo.

Ces mouvements vont jusqu'à affirmer que des cours d’éducation sexuelle, avec démonstration auront lieu à                    la maternelle !


La désinformation, l’entretien de la peur, le repli sur soi et la famille sont leurs leitmotivs.



     La FCPE appelle tous les parents, responsables d’associations, politiques et citoyens à dénoncer ces agissements.

Bulletin adhésion 2013-2014
8,3 ko
Bulletin_adhesion_2013_2014.jpeg

Réseau Education Sans Frontières

Tous les enfants, quel que soit le statut et la situation administrative de leurs parents, bénéficient du droit à l'éducation (droit constitutionnel en France et international).

En allant sur le lien ci après vous aurez toutes les infos sur les permanences juridiques en place dans le département du Val d'Oise :http://www.educationsansfrontieres.org/?page=contacts&id_rubrique=92

Après bien des atermoiements, en particulier sur la mise en application d’une réforme des rythmes scolaires, et après une concertation plutôt expresse menée tambour battant à la fin de l’été, le gouvernement semble enfin prêt à publier le projet de loi pour la refondation de l’école. Par rapport aux ambitions initiales affichées comme prioritaires pour le quinquennat, on peut considérer que cette loi "d'orientation et de programmation" tente de réparer les dégâts du quinquennat précédent (semaine de 4 jours ½ comme avant Darcos, re-création des IUFM sous un autre nom, accueil des tout petits à la maternelle, re-création de postes, etc..), davantage qu’elle ne pose les conditions d’une vraie refondation. Il y a bien sûr des avancées, mais on est plus dans le colmatage que dans une grande vision de l’école du XXIème siècle.

 

Refonder-ecole-republique

 

Selon les informations disponibles, le texte sera vraisemblablement présenté en Conseil des ministres fin janvier. Il devra auparavant être examiné par le Conseil d'Etat et le Conseil économique social et environnemental (CESE), car il s'agit d'une loi d'orientation et de programmation.

Ce projet de loi, avec 53 articles, modifie le Code de l’Education en vigueur. Il comprend une annexe de programmation, qui détaille en particulier les 60.000 créations de postes entre éducation nationale, enseignement supérieur et enseignement agricole. 3.000 de ces postes seraient mobilisés pour l’accueil des tout petits en maternelle (enfants de moins de 3 ans) dans les zones défavorisées. Sur ce point, il serait juste de se demander si cela compense les reculs constatés dans ce domaine depuis près de dix ans. Toujours au titre de ces 60.000 postes, pour permettre de varier les pratiques pédagogiques, le ministère prévoit 7.000 postes affectés au principe du "plus de maîtres que de classes". Est-ce une nouveauté, ou une manière indirecte de remettre de l’éducation spécialisée dans les écoles, en compensant à peine les milliers de postes supprimés dans les RASED depuis 5 ans ? 

La formation des enseignants figure bien sûr dans le projet. Elle a fait l’objet de nombreuses contributions unanimes pendant la concertation. La loi propose, comme prévu, la création des Ecoles Supérieures du Professorat et de l'Education (ESPE) destinées à rétablir une formation initiale des enseignants. Une modification notable à signaler dans l'article 45 des dispositions relatives au personnel: « Tout au long de leur carrière, les enseignants bénéficient d’une formation continue. ». Cette modification est loin d'être anodine. 

De nouveaux conseils sont créés (mais en supprimera-t-on d’anciens devenus caduques ?) : un service public de l'enseignement numérique et de l'enseignement à distance, un Conseil national d'évaluation du système éducatif et un Conseil supérieur des programmes.

Comme déjà annoncé peu avant la rentrée, un enseignement « moral et civique » est institué. Par ailleurs, on peut noter une avancée notable sur le front de l’apprentissage des langues vivantes, avec l’enseignement de la LV1 obligatoire dès le CP. Avec quels enseignants et quelles compétences ? Mystère ! Ce point est notable quand on sait comment se passe aujourd'hui l’apprentissage de la langue au niveau CE1.

Enfin, toujours à l’école primaire, les rythmes scolaires vont évoluer après de nombreux pas de côté et quelques reculs. Le projet a pris du retard sous la pression de lobbys très variés dans une union improbable entre les maires de France, les syndicats enseignants, et les métiers du tourisme. Le retour à la semaine de 4 jours et ½ se fera de façon très volontariste en 2013 (qui paiera les pots cassés ?) et plus sûrement en 2014, avec toujours une durée de 36 semaines, ce qui ferait revenir le nombre de jours d’école de 144 à 162/an, un pas timide vers la moyenne européenne qui se situe à 190 jours d’école/an environ.

Quid du collège et du lycée, parents pauvres du quinquennat ? Pas grand-chose sur ce front, si ce n’est qu’il n’y aurait plus d’orientation avancée au collège, pour prolonger le plus possible le tronc commun. Mais rien sur le lycée (ce serait pour plus tard), en dehors d’une mesure très symbolique du rétablissement de l’histoire-géographie au bac élitiste S (en 2015).

Et surtout rien sur la sectorisation assouplie depuis 2007! Aujourd’hui, le Parisien titre sur le scandale des ghettos scolaires pour rappeler que rien n’est fait jusqu’à présent depuis le début de ce quinquennat pour juguler les flux de dérogation. La gouvernement est décidément bien faible sur cette question qu’il n’a jamais mis en avant au cours de la concertation de ces derniers mois, une question bien absente des déclarations publiques du Ministre Peillon.

Espérons que cette loi soit améliorée, et qu’elle ne soit qu’une étape.